vendredi 15 juillet 2016

Rural noir - Benoît Minville

Que diriez-vous d'un "country noir frenchie" au pied du Morvan ?

"Rural noir" est un roman de Benoît Minville qui nous plonge au cœur de la Bourgogne, une campagne française qu'il décortique avec précision.

Il n'y a pas que les grandes villes qui ont leurs lots de violence, le terroir peut lui aussi se transformer en zone de non-droit, surtout quand un de ses fils est retrouvé à moitié mort, passé à tabac. Par qui ? C'est la question que se posent les gendarmes. Mais pour les amis de la victime il n'y a presque aucun doute sur les commanditaires de ce lynchage. Pourquoi ? Car Vlad faisait dans le trafic de drogue, les regards se tournent donc vers d'autres dealers. Pour les deux frères, Romain et Christophe, il n'y a plus qu'une chose à faire : venger Vlad ! La fratrie va partir dans une forme de guerre pour démasquer les auteurs, prenant des risques insensés, et voulant par la même occasion nettoyer leur campagne, fraîchement gangrenée par l'argent sale.

Pour comprendre la raison de cette vengeance, il faut revenir dans le passé. Lors d'un été, Romain, Christophe, Vlad et Julie, alors jeunes et inséparables, voguaient toujours ensemble à travers les champs et les sentiers de leur campagne. Jusqu'au jour où a débarqué un certain Cédric, venu d'Auxerre. Ce dernier a tissé un fort lien avec Vlad égratignant l'unité de la bande, et allant jusqu'à monter un important business de drogue. Il faut dire qu'avec le caractère bien trempé des deux hommes, il n'est pas surprenant de les retrouver en tant que caïds quelques années plus tard. Cette osmose, mêlée à d'autres drames, va peu à peu séparer Vlad du reste de la bande, qui accuse Cédric d'avoir une mauvaise influence sur leur ami. C'est donc d'abord vers lui que les deux frères vont se tourner.

L'histoire se tisse entre présent et passé, au cœur d'un monde rural écrasé par la crise économique et qui a perdu son charme d'antan. Romain, de retour après un exil de dix années, découvre une campagne changée, tout comme son frère, passé entre les mains de l'armée où il a combattu contre le terrorisme. Différents sentiments transpercent les pages, l'amitié, l'amour, et la fraternité en sont les vecteurs, soutenus par la vengeance. Le roman baigne dans la nostalgie, tel le cri passionnel d'un monde perdu. L'insouciance de l'enfance s'efface au fil des pages, laissant place à la dureté de la vie d'adulte qui explose en pleine face de ses héros. Le tout au milieu d'une campagne que l'auteur décrit avec une certaine adoration, la sublimant par ses paysages, et la rendant vivante par ses personnages et leurs mœurs. Rural noir est une bonne lecture, peut-être un chouia trop douce, nous laissant un peu sur notre faim pour le côté western que nous apercevons trop furtivement. Alors c'est de pied ferme que nous attendons le prochain livre de Benoit Minville, pour confirmation de son talent, et espérant cette fois un Rural Totalement Noir !
YB.

Quatrième de couverture :

Ados, Romain, Vlad, Julie et Christophe étaient inséparables, ils foulaient leur cambrousse dans l'insouciance.
Tout a changé cet été-là. Un drame, la fin de l'innocence. 
Après dix ans d'absence, Romain revient dans sa Nièvre désertée, chamboulée par la crise, et découvre les différents chemins empruntés par ses amis. 
Oscillant entre souvenirs de jeunesse tendres ou douloureux et plongée nerveuse dans une réalité sombre, Rural noir est la peinture d'une certaine campagne française. Un roman noir à la fois cruel et violent, mais aussi tendre et lumineux ; évoquant la culpabilité, l'amitié et la famille. 
Dans la tradition du country noir américain, territoires ruraux et laissés-pour-compte côtoient ceux dont on parle peu au milieu d'une nature «préservée» – ou en friche.         

Rural noir, Editions Gallimard, février 2016.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire